MARNITUDE - Death of a Hedonist Agrandir l'image

MARNITUDE - Death of a Hedonist

MRN01

Neuf

Format : vinyle, LP

Genre : Post Rock

Label: Arbouse Recordings

Date de sortie: 07/10/2016

Plus de détails

16,00 € TTC

En savoir plus

Rock sombre, rythmes lents, climat ambiant et poétique, chant en anglais, les morceaux de
Marnitude empruntent au slowcore ses répétitions mortifères, et nous bercent d'une froide
énergie expiatrice.

Marnitude ça existe depuis quand ?

 Depuis 2008 officiellement, quand Julien est venu se greffer sur des petites compos que je réalisais seul avec ma guitare et un ordinateur. On a décidé de jouer ces morceaux en duo lors de concert en appartement, à Bruxelles, entre 2008 et 2011. En 2011 on a enregistré quelques uns de ces morceaux qui ont donné lieu à notre premier album, un EP de 6 titres : Marnitude 6 track EP. Au fil de ces concerts, nous avons rencontré quelques personnes qui sont venu rejoindre le projet par la suite. Nous avions envie de devenir une formation plus rock avec une batterie. Nous sommes devenu un groupe de 5 musiciens, faits des concerts, et nous avons enregistré un LP de 11 morceaux, sur un laps de temps étalé entre 2012 et 2015. A la sortie de l'album, chacun ayant d'autres projets nous nous sommes retrouvés à nouveau à deux, Julien et moi. On a alors eu envie de travailler de vieilles compos jamais sorties de ma chambre, tout en composant de nouvelles, dans une idée de trio un peu minimaliste : Julien à la basse, moi guitare/chant, et une batterie que l'on a trouvé par la suite en la personne de Pauline. On a pas pu s'empêcher de mettre quelques nappes d'orgues additionnelles avec Pierre-Arnaud mon cousin qui était avec nous à l'époque. L'idée était d'enregistrer ces morceaux dans l'urgence avec un minimum d'arrangement, en 3 jours, pour être dans une énergie rock avec ses qualités et ses défauts. C'est ce nouvel album : Death Of A Hedonist.

 

D'où vient ce nom ?

 

Il est venu tout seul comme une évidence, dans une forme d'oisiveté apathique pendant l'écriture des premiers morceaux. A l'époque nous faisions des fêtes au bord de l'eau, sans trop savoir où aller. Ce nom c'est une manière d'être sans prétentions, juste au plus prêt d'une forme de sincérité. Il y a aussi une résonance avec des mots comme "complétude", "finitude", des états psychologiques évoqués dans les morceaux.

 

Votre parcours ?

 

Avant Marnitude, Julien jouait et joue encore dans Sueellen un groupe de rock belge. Je jouais dans un groupe appelé March. En parallèle, Julien fait de la photo et est réalisateur de film documentaire. J'ai fait de la peinture et maintenant de l'illustration. 

 

Ce nouvel album il a quoi de différent des autres ?

 

Notre musique est toujours onirique et sombre, sur la base de mélodies folk-pop intimes. Mais ce qui distingue cet album du précédent c'est la volonté de mettre à nue les morceaux en leur offrant un son brut, aller droit au coeur des chansons dans une configuration idéale et basique : guitare/voix, basse, batterie, quelques nappes d'orgue. On a soigneusement sélectionné notre matériel : cymbales, ampli à lampes, guitare accordée deux tons en dessous en open, et on a essayé d'en sortir la quintessence. On a choisi un son chaud et une prise de son énergique, pour contrebalancer avec le côté atmosphérique de notre musique. On a enregistré avec des micros vintage, et Peter Deimel de Black Box a mixé le tout en analogique.

30 autres produits dans la même catégorie :